Christine Parrot – Promotion 2011/2012

Christine Parrot, ancienne étudiante de la promotion M2R 2011/2012 et cadre de santé formatrice en Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI), nous relate son expérience au sein du Master 2 Recherche Communication et Médiations.

Pourriez-vous vous présenter et notamment, décrire votre parcours professionnel ? Quel était votre cursus de formation et qu’aviez-vous comme diplômes avant d’entrer de nous rejoindre ?

« Responsable de la comptabilité dans une entreprise de nettoyage de 100 salariés, je me suis présentée à plusieurs concours suite à un licenciement : celui d’assistante sociale, d’éducatrice spécialisée et d’infirmière. Trois métiers tournés vers l’autre. Au regard des résultats, et après avoir pris connaissance de la variété des missions, des activités professionnelles et des possibilités d’évolution de carrière, j’ai opté pour entrer à l’IFSI. À l’âge de 39 ans, suite à l’obtention du Diplôme d’État (DE) infirmière, j’ai pris mes fonctions dans un service de maladies infectieuses à l’intérieur duquel j’ai côtoyé des personnes en détresse à l’époque de la découverte du SIDA.

Cette aventure riche et éprouvante humainement terminée, j’ai eu envie de devenir cadre de santé afin d’exercer le métier de formatrice. La pédagogie a toujours fait partie de mon projet professionnel. Après une formation de 10 mois à l’IFSI des cadres de santé débouchant ensuite sur un diplôme, j’ai choisi de prendre un poste de formatrice à l’IFSI en 2004. Je me suis intégrée petit à petit en me rendant compte que communiquer avec les étudiants est complexe et demande de s’interroger sur la Communication, sur l’information, sur soi et ce, en dehors des moyens, des outils ainsi que des méthodes. En 2014, cela fera 10 ans que j’officie dans l’IFSI ».

Comment définiriez-vous votre métier actuel ? Correspond-t-il à votre projet professionnel lors de l’obtention du Master Recherche (MR) ?

« Quand je suis sortie avec le diplôme de Master, je ne savais pas trop ce que j’en ferais… et plus le temps avançait, plus j’ai commencé à percevoir à quoi ce dernier pouvait me servir. Maintenant, je peux donner un éclairage de compréhension sur moi-même ainsi que sur mon parcours professionnel d’hier à aujourd’hui. C’est une richesse et un atout considérable dans ma communication personnelle, mes interactions auprès des étudiants et des collègues. De plus, je me rends compte que les connaissances engrangées en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC) me sont utiles dans la construction des cours, dans l’encadrement des étudiants pour leurs recherches notamment dans l’accompagnement du processus  de  réflexion perpétuelle et de son cheminement. Je suis plus à l’aise par rapport aux étudiants tout en reprenant confiance en moi. Bref, cela m’a donné matière à réfléchir ».

Pourquoi avez-vous fait ce choix ?

« Pour la découverte de ce MR par l’intermédiaire d’un collègue, avec une envie de posséder un bagage supplémentaire vis-à-vis des étudiants infirmiers de niveau Licence, et la validation par Pascal Lardellier de mon diplôme de cadre et celle de mon expérience professionnelle en niveau Master 1 ».

Quel souvenir marquant avez-vous de cette année passée au sein de la promotion ?

« Tout d’abord, ça n’a rien de scolaire car tout est construit à partir de séminaires, d’échanges et d’interactions entre les intervenants. J’ai été fascinée par la richesse intellectuelle des intervenants qui m’ont beaucoup inspiré. Tout cela a suscité chez moi, l’envie de lire, d’apprendre et de me dépasser. C’était une belle aventure ».

Avez-vous actuellement des contacts avec des anciens étudiants ?

« Peu (malheureusement) excepté avec mes deux collègues cadres de santé ».

Quels sont les conseils que vous voudriez transmettre aux futurs étudiants ?

« Ne pas se décourager, être humble et lire beaucoup ».

Dans l’avenir, qu’envisagez-vous pour votre carrière ?

« De continuer d’apprendre. Éventuellement, la retraite arrivant dans quelques temps, est-ce que je reprendrais les études ? Pour le moment, je laisse cette possibilité dans un coin de mon esprit. Une thèse ou pas ? Peut-être… mais je ne peux pas travailler en même temps. Il y a bien des choses que je voudrais retravailler comme par exemple le rite et le sacré à l’hôpital. Et puis qui sait ? Pourquoi ne pas travailler un jour dans le domaine Communication ? ».

Témoignage recueilli par la promotion M2R 2012/2013

Ce contenu a été publié dans Témoignages. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.